Expositions

 J'AI DESCENDU DANS ...
   - Antoine PETEL
   - Didier TRENET
   - Thierry BOYER
   - Anne-Sylvie HUBERT
   - Michaële-Andréa SCHATT
 Autour des expositions
 À venir . L'Atelier Blanc
 À venir . Moulin des Arts
 Archives
 

Actualités

Thierry Boyer

 

Artiste plasticien
Né en 1966
Vit et travaille dans le Tarn

#ThierryBoyer

 

Germinoscope, Traces et Polypores, Thierry Boyer dans le jardin de L'Atelier Blanc et au Moulin des Arts © Photos Thierry Boyer

 

L’œuvre de Thierry Boyer ne cesse d’interroger des mondes qui nous sont proches, sinon familiers : monde des artefacts industriels, monde de la nature. Il le fait à travers des formes insolites, intrigantes, ambigües, qui bousculent nos perceptions et nos repères.

Ces dernières années, son atelier sur le causse est devenu un poste d’observation privilégié de la nature. La contemplation active du monde des plantes, des insectes, a conduit à l’invention des Germinoscopes, cabanes / sculptures, et a produit dans son travail des collisions de formes - cheminement d’insectes, festins d’escargots / méandres vues du ciel - champignons / cerveaux – autant de métamorphoses avérées ou à venir, réelles ou rêvées. Comment en effet déchiffrer ce monde naturel auquel notre destin, à nous humains, est indéfectiblement lié ?

Ce travail stimule notre imaginaire, notre esprit, nous contraint à reconsidérer nos représentations communes, notre statut au sein des espèces existantes, grâce à des choix esthétiques raffinés, distanciés, toujours en lien avec le sensible.
Une œuvre responsable qui nous laisse libres face aux questions qu’elle soulève.

 

Les Polypores

 

 

POLYPORES, empreinte d’un champignon imprimée à la grisaille de verre sur plaques en verre. bois, verre - grisaille sur verre, 120 x 320 x 6 cm l’ensemble de 24 empreintes,, 40 x 40 cm chaque empreinte Photos Thierry Boyer 2014

 

Thierry Boyer utilise le verre pour jouer sur la transparence et la lumière, pour nous faire miroiter une réalité transformée et inquiétante. Transformée, car ces formes de cerveau sont primitivement des traces de champignons polypores imprimées à la grisaille de verre.
Inquiétante, du fait de la démultiplication obsessionnelle de cette empreinte qui vient envahir l’espace. L’hybridation du sens s’offre au spectateur comme un jeu de faux-semblants, un prétexte pour nous questionner sur la notion d’origine et d’essence.

Tony Kunter (janvier 2021)

 

Expositions personnelles et collectives (extrait)

 

2019 Musée d’Art Moderne et Contemporain, Cordes sur Ciel
2019 « IL y a », Librairie d’ Etude de l’université Jean Jaurès, Toulouse
2018 Ici même ! Imagine. Le Frigo, Centre d’Art le LAIT, Albi
2016 Dark bio diversity, Le Salon reçoit, Toulouse
2016 Muséum d’histoire naturelle, Gaillac
2014 Le frigo, Albi

2018 « Journées Européennes du Patrimoine », Préfecture du Tarn, Centre d’Art le LAIT, Albi
2017 « Refaire Surface », Collectif Suspended Spaces : Centre d’Art le LAIT, Albi
2014 « îlots d’utopie », un esprits de Jaurès : Musée-Centre d’art du verre, Carmaux

 

"Il y a"

 

Thierry Boyer, sculpteur, a édifié une cabane au cœur du sous-bois qui s‘étend autour de son atelier d’artiste. C’est une construction de dimensions modestes faite de matériaux industriels – ossature métallique, bardage d’acier, feuille de polycarbonate – couronnée d’un skydome. Extension incongrue de l’activité de l’humain au coeur de l’activité foisonnante de la nature. Espace de lumière destiné à accueillir une sculpture : une sorte de tempietto profane.
Le petit temple fut rendu à son inévitable vacuité, à la succession des jours et des nuits, moments d’éblouissantes clartés et de ténébreuses obscurités au cours desquels se débauchent l’exubérante croissance des plantes mais aussi l’envahissement des insectes jusqu’aux mollusques gastéropodes et autres habitants de la terre. La construction fut alors nommée “germinoscope“. Une aventure commence et le sculpteur devient photographe.
L’attention de l’artiste à ce qui a lieu là se porte sur ce qui se trame et se trace à l’égard des espèces contiguës à la nôtre. Elle entre en sympathie avec la vibration germinative de ce qui accompagne nos durées de vies communes et inégales : Il y a celles des hommes, Il y a celles incommensurables, tout à la fois minuscules, brèves, et grandioses des multitudes
animales et végétales.
Tout se passe comme si Thierry Boyer acceptait, alors, de poser son regard à la surface des choses et y laissait glisser une curiosité ouverte à tous ces évènements infimes et ordinaires qui se présentent comme mouvements de vie, de mort et présences d’altérités radicales que, habituellement, l’on voit sans voir. (...)


Gérard Tiné, 14.04.2019

 

LIENS

 

+ site personnel de Thierry Boyer

- Accueil - Poussez la porte - Expositions - Actions - Revue de presse - Liens - Nous soutenir - English, push the door - Plan du site / Téléchargements -
création de site internet - hébergement : base2prod